20 mars 2019
Étudiante valoise à Sherbrooke
Amy Bouthillette, une leader du bénévolat universitaire
Par: Alain Bérubé

Amy Bouthillette

Pour Amy Bouthillette, le bénévolat est bien plus qu’un simple passe-temps. Cette Valoise âgée de 20 ans, à travers ses études à l’Université de Sherbrooke, fait du don de soi un véritable mode de vie.

C’est lors de ses études secondaires au Collège Saint-Bernard de Drummondville, en éducation internationale, qu’Amy a eu véritablement la piqûre pour le bénévolat.

« Je me suis entre autres impliquée dans l’organisation d’un souper gastronomique pour les gens dans le besoin, avec la collaboration du Centre de bénévolat d’Acton Vale. Mon engagement au secondaire a été très enrichissant et j’ai voulu continuer dans cette voie par la suite », explique-t-elle.

Dès son arrivée à l’Université de Sherbrooke en tant qu’étudiante à l’École de gestion, Amy a cherché à s’impliquer au sein d’une association. Elle découvre Enactus, une association entrepreneuriale à portée sociale qui existe à l’échelle internationale.

« Nous mettons sur pied des projets concrets qui répondent aux besoins économiques, sociaux et environnementaux du milieu. J’ai pour ma part accepté le poste de gestionnaire de communauté pour le projet « Nourrir l’échange », qui consiste à briser l’isolement social des personnes aînées dans les résidences. Nous organisons des activités avec des écoles primaires et prochainement secondaires, afin de tisser des liens entre ces deux générations », mentionne Amy Bouthillette.

La jeune Valoise est entre autres très fière du succès de l’envoi de cartes de la Saint-Valentin à des aînés. Elle cite aussi un projet tenu à Acton Vale, en décembre, avec 11 étudiants de l’école Saint-André et 14 personnes âgées de la Résidence de la Présentation, portant sur les traditions actuelles et d’antan pour la période des Fêtes.

« Le projet des Noëls racontés m’a vraiment touchée. C’était émouvant de voir ces personnes âgées raconter tous ces souvenirs! », confie-t-elle.

Celle qui deviendra coprésidente d’Enactus à Sherbrooke cet été soutient que le bénévolat lui apporte de belles retombées sur le plan humain.

« Je mets en pratique des connaissances acquises en classe. Et ça rejoint mon parcours professionnel, car je rêve de travailler en recherche marketing. Mais c’est avant tout tellement enrichissant et je vois grand pour Enactus. Après mon départ, je souhaite que le projet Nourrir l’échange prenne de l’ampleur grâce à l’implication de l’équipe en place », conclut-elle.

image