9 février 2022
Séance de sélection de la LHJMQ
Alexis Bernier figure dans le top 33
Par: Annie Gagnon

Alexis Bernier

Le Centre de soutien au recrutement (CSR) de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) a diffusé son premier classement des espoirs en vue de son repêchage 2022, qui aura lieu en juin. Natif de Saint-Valérien-de-Milton, Alexis Bernier fait partie de cette première liste où figure le top 33 des joueurs provenant des territoires desservis par la LHJMQ.

Publicité
Activer le son

Malgré tous les aléas survenus dans les deux dernières années, Alexis Bernier a réussi à se démarquer sur la patinoire. Dès son premier secondaire, le défenseur a opté pour le sport-études concentration hockey, de l’école Fadette de Saint-Hyacinthe. Pendant trois ans, il a porté l’uniforme du Vert et Noir dans la Ligue de hockey excellence du Québec (LHEQ).

Cette saison, Alexis défend les couleurs des Gaulois dans la Ligue M18 AAA du Québec.

Sérieux et impliqué dans sa propre réussite, Alexis a toujours donné son maximum sur la patinoire pour participer au succès de sa formation. Son attitude, son sens du jeu et sa minutie font de lui un défenseur fiable qui peut aussi s’impliquer offensivement.

« J’exécute les petits détails que certains ne remarqueront pas, mais qui peuvent faire la différence dans un match. Je suis aussi polyvalent, ce qui permet à mon entraîneur de m’utiliser dans toutes les situations. Et surtout, je suis un joueur d’équipe », énonce le # 22.

Soucieux et intelligent

L’entraîneur des Gaulois, Marc-André Ronda, reconnaît aussi de belles qualités à son défenseur.

« Alexis est un défenseur intelligent sur la patinoire. Il est calme avec la rondelle, ce qui lui permet de prendre de bonnes décisions lorsqu’il est en sa possession. Il est aussi soucieux défensivement. Toutes ces qualités font d’Alexis un défenseur complet », estime l’entraîneur-chef.

Pandémie et entraînement

À l’instar de tous les athlètes québécois, Alexis a trouvé difficile de ne pas pouvoir pratiquer son sport pendant plusieurs mois. D’abord fâché par la situation, il a orienté sa hargne vers quelque chose de positif en s’entraînant régulièrement hors glace.

« Je dirais que ça a été frustrant au début. Le fait de voir que les jeunes de mon âge continuaient à jouer aux États-Unis, ça me faisait quelque chose. Mais, par la suite, j’ai vu l’occasion de me perfectionner spécifiquement sur certains aspects, dont l’amélioration de ma force musculaire. J’ai continué de travailler fort et j’ai gardé une bonne attitude afin d’être prêt pour le retour au jeu. Donc, c’est certain que cette période difficile n’a pas été idéale pour notre développement et que ça a été une année de moins à jouer au hockey. Mais en demeurant positif, j’ai continué à me développer. Ça m’a permis de me présenter dans une excellente forme physique au camp midget AAA avec les Gaulois », analyse le jeune homme.

Repêchage 2022

À la fin décembre 2021, le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ a diffusé son premier classement des espoirs, en vue du repêchage 2022. Cette liste, composée de 33 espoirs ayant reçu une cote « A » depuis septembre, est un bon indicateur des sélections potentielles de première ou de deuxième ronde.

« C’est une belle surprise de me retrouver sur cette liste. J’étais conscient d’être en progression constante depuis le début de la saison et de jouer du bon hockey dans les derniers mois, mais je n’avais jamais réellement pensé à cette liste. Je prends ça comme un bel honneur, mais je sais que rien n’est gagné d’avance. Je devrai travailler fort dans les prochaines semaines pour demeurer dans cette liste. Je vois ça comme une tape dans le dos pour souligner les efforts que j’ai fournis depuis le début de mon parcours, ainsi qu’une énergie supplémentaire pour continuer mon travail », mentionne-t-il.

Bien qu’il ait de bonnes notes à l’école qui lui permettront sans aucun doute d’orienter son choix de carrière vers ce qu’il désire, Alexis n’a présentement qu’un but, soit celui de percer l’alignement d’une équipe de la LHJMQ.

« Je travaille fort à l’école afin d’ouvrir le plus de portes possible, mais je dirais que mon objectif premier est d’atteindre la LHJMQ. Depuis que je suis jeune, je rêve d’entendre mon nom au repêchage et de jouer dans cette ligue. Mon père, David Bernier, a joué dans la LHJMQ. C’est donc certain que ce serait très bien de poursuivre dans la lignée familiale. Je ne ferme pas complètement la porte aux collèges américains en raison de mes bonnes notes à l’école, mais je verrai ce qui se présentera à moi dans les prochains mois », conclut le hockeyeur.

image