17 octobre 2019
Acton Vale élabore son plan d’action sur la qualité de l’eau
Par: Alain Bérubé

Éric Charbonneau

Les récentes craintes exprimées par l’organisme Environnement Acton sur la qualité de l’eau à Acton Vale – mises en lumière par son porte-parole David Roy à l’émission Enquête – ont motivé la Ville à dévoiler un plan d’action.

La Ville d’Acton Vale souhaite ainsi travailler en collaboration avec les ministères de l’Environnement et de la Santé publique, question de rassurer les citoyens.

« Pour le moment, en ce qui concerne les lois et règlements que nous devons suivre, la Ville est conforme aux niveaux des exigences envers ces deux ministères », soutient Vicky Lessard, coordonnatrice aux Ressources humaines et aux communications.

Des analyses supplémentaires, reliées spécifiquement au manganèse, seront effectuées chaque mois dans le réseau d’aqueduc.

« Nous ferons bien sûr preuve de transparence et les résultats seront disponibles sur le site Internet de la municipalité », mentionne le maire ÉRCharbonneau.

Un dépliant informatif sur les fosses septiques et les puits privés sera distribué aux nouveaux résidents ruraux ainsi qu’aux citoyens qui en font la demande.

« Sur le site Web, il y aura également un onglet sur les puits privés. Même si ceux-ci ne sont pas sous notre responsabilité, il y aura pour les propriétaires quelques informations fort intéressantes. De plus, une liste des laboratoires accrédités sera disponible pour les gens qui voudront faire analyser leur eau. J’invite également les citoyens à s’inscrire sur Internet à notre système d’alertes municipales », indique M. Charbonneau.

Réactions

David Roy, qui a auparavant félicité publiquement le maire Charbonneau pour cette bonne volonté exprimée par la Ville, fait valoir – au nom d’Environnement Acton – qu’il aurait aimé en savoir davantage sur le taux de manganèse et de THM sortant de l’usine de filtration lors de l’assemblée municipale du 7 octobre.

« Nous avons apporté la conclusion d’un rapport d’inspection d’Environnement Québec qui stipule qu’il y a un risque modéré d’atteinte à la santé, la sécurité et le confort de l’être humain, en plus de toucher possiblement les eaux souterraines qui sont susceptibles d’alimenter les puits résidentiels. Ça contredit les allégations faites publiquement par le maire lors du point de presse du 6 septembre », a-t-il confié à LA PENSÉE.

Par ailleurs, des appels logés dans les épiceries et pharmacies d’Acton Vale, ainsi qu’à la Coopérative de santé de la MRC d’Acton, démontrent qu’aucun impact majeur sur les consultations d’ordre médical et sur les ventes d’eau embouteillée n’a été observé malgré le reportage d’Enquête.

Philippe Côté, copropriétaire-pharmacien du Uniprix d’Acton Vale, affirme toutefois avoir beaucoup d’empathie pour David Roy et sa conjointe Cathy, qui se demandent si leurs quatre enfants ont été contaminés au manganèse à cause de leur puits privé.

« C’est extrêmement bouleversant ce qui est arrivé à cette famille. Ils ont très bien fait de partager leur expérience. Parce qu’ils ont un puits artésien, beaucoup de gens prennent pour acquis que leur eau est de meilleure qualité. Le cas de la famille Roy a certainement sensibilisé plusieurs personnes au fait qu’il faut rester vigilant. L’analyse annuelle est une bonne précaution, peu importe la municipalité. La qualité de l’eau peut changer même si elle était bonne au départ », soutient-il.

image