6 juin 2018
Danse contemporaine
Acton Vale au coeur du « Projet Héritage » de Margie Gillis
Par: Alain Bérubé
Margie Gillis souhaite procéder prochainement à la rénovation de l’église St. Mark.

Margie Gillis souhaite procéder prochainement à la rénovation de l’église St. Mark.

Figure marquante de la danse comtemporaine, Margie Gillis a conquis les coeurs par sa créativité débordante et son engagement social. Celle qui poursuit sa carrière de chorégraphe et de danseuse, après 45 ans, avec toujours un grand enthousiasme travaille activement sur un projet servant à préserver et transmettre son héritage créatif, incluant la rénovation de l’église anglicane St. Mark d’Acton Vale.

Avec dans son répertoire plus d’une centaine de créations, l’artiste aux racines familiales valoises a remporté au fil des ans de nombreux prix et distinctions, dont le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène. Âgée de 64 ans – mais toujours le coeur jeune – , Margie Gillis prépare activement le terrain pour la relève.

« J’ai encore le feu sacré et j’ai ajusté ma manière de danser en fonctions de certaines limites au niveau physique, en misant sur l’émotion. Je suis encore en grande forme et je ne suis pas prête à prendre ma retraite, mais il faut quand même penser à l’avenir », confie-t-elle.

Grâce au soutien de la fondation de danse qui porte son nom, Margie Gillis a lancé en 2012 le « Projet Héritage / Legacy Project », qui a pour but de soutenir ses activités de création et d’enseignement, en oeuvrant auprès d’une nouvelle génération d’artistes – plus de 50 – privilégiant cet art, provenant surtout du Canada et des États-Unis.

« J’aime bien agir en tant que mentor et je partage avec plaisir mes connaissances. Je travaille notamment avec quelques danseurs sur un projet qui me tient à coeur depuis longtemps, soit la transformation de conflits et de changement social », mentionne-t-elle.

C’est à Acton Vale – où on retrouve la maison familiale de la rue Boulay, à côté de l’église St. Mark – que Margie Gillis a concrètement amorcé le « Projet Héritage », en 2014, en réunissant des artistes de la danse. Et en 2018, la démarche se poursuit avec une résidence au même endroit. Deux spectacles informels et intimistes – dont un aujourd’hui (6 juin), à 17 h – sont ainsi offerts à l’église afin de témoigner de l’évolution du projet.

« Parmi mes projets, la rénovation de l’église me tient à coeur. On pourra ainsi y donner des spectacles dans des conditions encore meilleures. J’aime bien prendre des risques et Acton Vale est pour moi l’endroit idéal afin de créer dans le calme et la liberté », conclut Margie Gillis.

Pour la prestation d’aujourd’hui, à l’église St. Mark (750, rue Boulay, Acton Vale), le coût d’entrée est de 5 $. Les places sont limitées.

image